L’Histoire de Niedernai

Niedernai, traversée par l’Ehn, est  située dans la plaine d’Alsace, au contact des collines sous vosgiennes.

En 707, apparaît la première mention du lieu sous le nom de Praedium Ahenaim à l’occasion de la fondation du monastère de la Feldkirch par les moines bénédictins de Moyenmoutier.
En 1114, le nom de Ehenheim est inscrit dans une charte de l’empereur Henri V qui confirme la Feldkirch comme église mère.
En 1314, le lieu est appelé Niederehnheim.

Les hommes se sont sédentarisés très tôt sur ce sol fertile où ont été retrouvés :
–  des traces d’habitat néolithique datant de 5000 à 4000 ans AJC
– des tumuli celtiques datant de 900 à 450 AJC. Le village était situé sur une voie celtique reliant Seltz à Belfort.
– la présence d’un camp de la VIII Légion romaine est attestée près du château par la découverte de vestiges comme des pièces romaines, de la poterie et des tuiles. Des traces de la route romaine qui reliait Saint Nabor à Benfeld ont été retrouvées au Vinhai et la Steinstraße rappelle la présence romaine.
– les tombes mérovingiennes au Kirchbuehl et à la Feldkirch attestent d’une installation humaine du V° au IX° siècle.

Histoire du château

En 1277, les ministériaux de l’abbaye de Hohenburg prennent le nom éponyme du Château du Landsperg comme patronyme de la famille. Ils  vont s’installer à Niedernai.
En 1284, les Landsperg donnent leurs terres à l’évêque de Strasbourg qui les leur rend sous forme de fief épiscopal avec le droit de construire des murs d’enceinte, de réaliser des doubles douves pour se protéger.
En 1285,  une première construction du château est réalisée sur une motte castrale.
Vers 1356, est érigé un  château avec un  donjon en pierre et des remparts sur lesquels sont situés des tours dont une tour ronde à l’est du château et une semi circulaire à l’ouest ainsi que la tour dite des cigognes, le tout entouré de fossés.
Un deuxième château au niveau du cimetière actuel aurait été édifié avec une tour défensive carrée haute de 20 mètres ouverte vers l’intérieur du Stadel (la petite ville). Cette tour deviendra le Glockenturm à la fin du XVIII° siècle.
Le château, entouré par le Stadel est protégé par des remparts qui sont précédés de 2 fossés séparés par une levée de terre servant de chemin de ronde. Les fortifications s’ouvrent par deux portes d’entrée : le Stadeltor à l’est et le Graffentor à l’ouest dont il reste des traces sur le mur d’une maison dans la rue du château. Cette porte était précédée de 2 ponts levis.
1434, Niedernai acquiert officiellement le droit d’être fortifiée et de tenir un marché le mercredi, ce qui lui donne le rang de ville.

Mais, les châteaux et le Stadel vont subir les conséquences de 3 guerres :

  • La guerre de Cent Ans (de 1337 à 1457) aura des répercussions pour les châteaux surtout de 1440 à 1444 avec des combats entre les Armagnacs et les Bourguignons. Les troupes du dauphin  et futur roi Louis XI assiègent Niedernai avec environ 3 000 hommes.
  • En 1587, les guerres de religion
  • Enfin, au cours de la guerre de Trente Ans (1618- 1648), les troupes allemandes  des états protestants du Saint Empire germanique et de Suède s’emparent de la région d’Obernai – Rosheim à partir de 1621 et l’occupation des Suédois  entre 1622 et 1632 entraine le pillage du village et la destruction des fortifications. La population diminue fortement du fait de la misère et des maladies dont la peste noire.
  • A partir de 1634, les armées françaises de Louis XIII reprennent possession de l’Alsace et de certaines places fortes. Alors, les bâtiments du premier château sont fragilisés. De ce premier château, il reste le donjon défendu par 3 petites tours.

Au cours du XVII° siècle, le château est devenu le siège du tribunal des maléfices pour juger les sorcières de Niedernai et des environs.
En 1669, Niedernai est le siège du rabbinat d’Alsace.
Entre 1680 et 1682, sur ordre de Louis XIV, le château devient le siège de la noblesse de Basse Alsace.
En 1806, la lignée des Landsberg s’éteint avec Charlotte de Landsberg qui  épouse un Reinach- Werth, en 1840, Max de Reinach construit le bâtiment principal du domaine actuel entouré du donjon du château d’origine, très certainement remanié dans sa partie haute, et d’un bâtiment avec une façade Renaissance .
En 1899, Marie de Reinach épouse Joseph le Pays du Teilleul dont les descendants ont occupé le domaine jusqu’à la fin du XX° siècle.

Patrimoine de Niedernai

Glockenturm

Les Douves

Le château et le Stadel sont entourés de remparts à l’avant desquels s’étendent 2 fossés séparés par une levée de terre qui servait de chemin de ronde. Des tours étaient installées  sur ces remparts. Il en subsiste quelques- unes dont la tour semi circulaire du cimetière transformée en chapelle en 1843 et la tour occidentale surmontée de voutes romanes en briques rajoutées au XIX° siècle.

Le Glockenturm

Forme carrée qui est typique des tours défensives en Alsace. Cette tour ouverte au sud sur le Stadel  a été fermée et maçonnée en briques. Celle-ci est protégé par les deux tours en fer à cheval  du cimetière. En 1696, le Glockenturm est couvert. IL est transformé en clocher après l’incendie de la Feldkirch en 1785.

Le monastère de la Feldkirch

Le monastère fondé en 707 par les Bénédictins. La Feldkirch a été une église mère pour Niedernai, Meistratzheim, Krautergersheim et Hindisheim.
Le 29 juin 1785, la foudre tombe sur la Feldkirch. Seules, la statue de Sainte Barbe et les reliques de Saint Maximin et une vieille croix de procession sont sauvées.

L’église Sainte Barbe

Dans la rue du château, la chapelle reconstruite par les Landsberg en 1741 longue de 28 m et large de 10m devient alors l’église de Niedernai dédiée à Sainte Barbe et à Saint Maximin et le Glockenturm sert de clocher jusqu’en 1893. En 1850, cette église est en mauvais état et est trop petite pour 1400 habitants.
Ce bâtiment a été transformé en école.

L’église néo- gothique  Saint Maximin est construite entre 1891 et 1893

Le 8 juin 1862, un groupe de maisons brûle dans la rue principale. En novembre 1883, le curé Aloyse Reys fait racheter les pierres de taille de l’ancien magasin de tabac d’Obernai. En mai 1891, est posée la première pierre de l’église dont le clocher s’élève à 67 m de haut. L’inauguration a lieu le 8 octobre 1893. Cette église a 3 cloches dont la petite date de 1846. En 1926, 2 nouvelles cloches sont installées.

Dans cette église, vous pourrez admirer :
L’ensemble de mobilier néo-gothique, réalisé par l’entreprise Boehm Frères de Mulhouse (1893).
Les autels latéraux, le Maître-autel dans le chœur représente une Sainte- scène d’après l’œuvre de Léonard de Vinci.
Le Buffet d’orgue Bender en bois sculpté
Le Chemin de croix
Le Baptistère datant de 1684, seul objet avec les reliquaires ayant pu être sauvés des flammes de l’ancienne église “Feldkirch” en 1785.
La Croix de processions en bois du début XVIIIe siècle.(1)

Les calvaires

Dix calvaires ont été érigés au XIX° siècle en grés des Vosges en remerciement d’une grâce, d’une guérison ou pour exprimer la foi.

La rue des Juifs

En 1777, les préposés et les délégués de toute la “Nation juive d’Alsace ” se sont réunis à Niedernai, siège du rabbinat.
En 1784, 37 familles vivent à Niedernai soit 178 habitants. Leur  synagogue a été érigée en 1755 et vendue en 1925.

La mairie

Il semblerait que ce fut autrefois une boulangerie.

Le Bruch de l’Andlau

Cette zone humide, protégée depuis 1986, est traversée par l’Ehn, l’Andlau, le Dachsbach, la Kirneck et la Scheer. Le biotope du Bruch s’étend sur 548 Ha dont une partie sur le ban de la commune de Niedernai. C’est un paysage composé de prairies inondables entourées de haies et de peupliers. Ici, le patrimoine naturel est exceptionnel avec la présence de fleurs, de papillons, d’oiseaux rares à préserver.

J. Schmitt